Accueil
News
Sorties Cinéma
Défintion Cinéma Chinois
Définition Cinema Japonais
Liens de l'Asie

Cannes 2002

FORUM CINEASIE.COM

Les DVD du mois
DVD MK2 EDITIONS
DVD HK VIDEO
Ou acheter ses Films


Kinji Fukasaku
Takeshi Kitano
Tsui Hark
Tsaï Ming-liang


Avalon
In The Mood For Love
Memento Mory
Mua Oi
L'Orphelin d'Anyang
Peppermint Candy
Shoujyo

SuZhou River
Take Care of My Cat
Samsara
Voyage de CHIHIRO


Pour contacter cineasie, envoyez vos critiques ou informations
CINEASIE



Site sélectionné par

CHUNGKING EXPRESS de WONG KAR WAI - HONG KONG - 1994
Avec Takeshi Kaneshiro, Brigitte Lin, Tony Leung Chiu Wai, Faye Wong, Valerie Chow
GENRE : Drame
NOTE : 8/10
RESUME :
Le chassé croisé amoureux d'une tueuse à l'imperméable beige, de deux policiers aux cœurs brisés et d'une serveuse .

Achetez ce film sur avec :
Troisième oeuvre d'un réalisateur aujourd'hui reconnu mondialement, et à juste titre, Chungking Express a puisé les racines de sa conceptualisation lors du tournage des Cendres du Temps. En effet, un problème technique est venu perturbé la réalisation du Wu Xia Pian à la sauce Wong Kar Wai, et le réalisateur, loin d'en profiter pour se tourner les pouces, s'est mis à tourner caméra à l'épaule, trois mois durant, le premier épisode d'une trilogie qui trouvera suite avec Les anges déchus puis Happy Together. Aujourd'hui secondée d'une réputation flatteuse, petit retour en arrière sur un film, d'une simplicité déconcertante doublée d'une magie intemporelle .

"Durant ce bref instant d'intimité, un millimètre nous sépare. Je ne savais rien d'elle. 57 heures plus tard je tombais amoureux de cette femme..."

C'est sur cette réplique, aujourd'hui devenue culte, que s'ouvre l'univers de Wong Kar Wai à nos yeux, et plus particulièrement le quotidien d'un policier incarné par Takeshi Kaneshiro (Le secret des poignards volants, Returner...) dont l'interminable attente du retour de sa bien aimée constitue le fil conducteur d'un scénario qui ne s'embarrasse pas d'une quelconque trame mais préfère épouser les sentiments de ses personnages. Le style singulier propre à Wong Kar Wai, que l'on peut retrouver dans ses dernières oeuvres (In The Mood for Love, 2046), est donc bel et bien la marque de fabrique d'un réalisateur qui ne s'est décidément pas trahi tout au long de son admirable carrière. Chungking Express n'est donc pas un remue-méninges pénible dont on ne tiendrait ni les tenants ni les aboutissants mais plutôt une tranche de vie illuminée par la magie et la féerie que parviennent à dégager le réalisateur et son photographe attitré Christopher Doyle.

Energique, et pourtant doté d'une mélancolie presque palpable, ce deuxième film se base autour de quatre personnages principaux : une mystérieuse tueuse à l'imperméable beige et aux lunettes noires incarnée par Brigitte Lin (The Bride With White Hair aka Jiang Hu, Royal Tramp, Les Cendres du Temps...) dont la beauté physique n'est pour une fois pas mise en avant, une serveuse brune, mélancolique rêveuse revêtant les traits d'une Faye Wong (2046, Leaving Me Loving You, Chinese Odyssey 2002...) plus rayonnante que jamais, un policier abandonné par sa compagne qui sèche les larmes de son corps en courant (Takeshi Kaneshiro) et enfin un policier qui s'est fait largué par sa copine pour un autre homme, incarné par l'incontournable Tony Leung Chiu Wai (2046, Infernal Affairs, Hero...). .

Quatre personnages. Deux histoires d'amour. Hong Kong la magnifique. Illusions et désillusions. Si les thèmes ont connus leurs variantes et dérivés maintes fois, on sait aussi que Wong Kar Wai est capable de transcender de simples thèmes en véritables sentiments par le biais de déclarations muettes, les regards et gestes prenant alors toute leur importance. A la démonstration on préfère la suggestion (même si 2046 a prouvé qu'il pouvait aussi être plus charnel). Ainsi le film vit par ses personnages, il n'existe pour ainsi dire aucun script même si le début du film, avec la mystérieuse tueuse, laissait présager plutôt du contraire (Wong Kar Wai avait d'ailleurs d'abord inventé le personnage du tueur de Les anges déchus pour ce film mais l'a finalement retiré pour lui consacrer un film à part entière).

Flous artistiques, caméra déchaînée et mouvementée rythment en effet les premières images Wong Kar Waienne qui parviennent à notre rétine, à mi chemin entre arrestation musclées, courses poursuites et mystérieux deal. Un début contrastant radicalement avec le reste du film, tant sur le plan narratif que de la réalisation, beaucoup plus classique par la suite, même si les plans comme la photographie restent magiques. On reste par ailleurs plutôt déçu que le personnage incarné par Brigitte Lin ne soit pas plus développé que cela, tant son personnage semble posséder un véritable potentiel inexploité …

On regrette également que le réalisateur ait décidé de couper son film en deux parties distinctes, très nette, sans aucun rapport entre elles si ce n'est le restaurant justement nommé Chungking Express. Le basculement entre les deux histoires est quelque peu irritant car l'on ne parvient pas réellement à saisir les liens qui les unissent, pour conclure à la toute fin, qu'il n'en existe tout simplement aucun : à la première histoire consacré à Brigitte Lin et Takeshi Kaneshiro suit celle de Faye Wong et Tony Leung, bien plus sympathique, touchante et amusante d'ailleurs.
La cohésion entre les deux histoires se construit donc par l'opposition des rapports sentimentaux puisque dans la première partie il s'agit du policier qui tombe amoureux de la tueuse tandis que dans la seconde moitié, c'est au tour de la serveuse de tomber amoureuse du policier. On remarquera également que si la première romance (qui n'en est pas une à proprement parler) baigne dans le domaine du fictif puisqu'il est difficile de s'identifier à une tueuse, encore plus lorsque celle ci est convoité par un policier, la seconde en revanche est d'un réalisme déconcertant, tant et si bien, qu'à l'issue du film, Faye Wong et Tony Leung restent longtemps ancré dans notre subconscient et balaient tout ce que le réalisateur avait mis en place dans la première moitié du film.

Mais là où Chungking Express tire toute sa force c'est définitivement dans les petits détails du quotidien que se plaît à parsemer Wong Kar Wai tout au long du film : les boites d'ananas, la remise à neuf de l'appartement, le biper... Des détails qui de prime abord, peuvent paraître futiles, mais qui ajoutent cette touche de complicité avec les personnages mais aussi ce sentiment de compassion ou de tristesse. Car Chungking Express est un film profondément mélancolique avant tout, où l'amour est présenté comme une douleur dont on s'extrait avec peine …

Seconde oeuvre du réalisateur, Chungking Express jouit d'un charisme incontestable, amoindri par une construction narrative un poil hasardeuse mais dont le charme, instantané et de tout instant, parvient à effacer. Soutenu par une musique entêtante, et des comédiens hors pairs, on tient là un véritable moment cinématographique qui, chose rare, s'apprécie toujours plus avec chaque vision.
Musashi


Les films de A à Z


Ang Lee

Chen Kaige

Fruit Chan
James Wong

Johnny To Kei Fung
John Woo

Liu Chia Liang
Ringo Lam
Samo Hung
Shaw Brothers
Stanley Kwan
Stephen Chow
Tsui Hark
Wang Xiaoshuai
Wang Yu
Wong Kar Wai
Zhang Yimou



Akira Kurosawa

Kenji Mizoguchi
Kinji Fukasaku

Kiyoshi Kurosawa
Hirokazu Kore Eda
Hideo Nakata
Shohei Imamura
Shinya Tsukamoto
Takeshi Kitano
Takashi Miike


Hou Hsiao Hsien (Taiwan)
Kim Sung-soo (Corée)
Song Hye-sung (Corée)


Bruce Lee
Chow Yun Fat
Hirokazu Kore Eda
Jackie Chan
Jet Li

Ju Jun
Liu Ye
Maggie Cheung

Stanley Kwan
Takeshi Kaneshiro
Tony Leung
Tran Anh Hung

Akira
Ghost In the Shell
Jin-Roh


Catégorie 3

   
AlloCiné : Séances & billets
AlloCiné
sélectionnez un critère et entrez un mot clé.
 
   

Webmaster : contact@cineasie.com